L’Essentialisme : en faire moins pour le faire mieux !

Vos journées défilent mais votre To do list semble ne jamais finir ? Voici ce que peut vous apporter L’Essentialisme, l’art d’en faire moins pour le faire mieux.
Romane Salvador
January 6, 2021

La journée avait pourtant bien commencé. Vous vous étiez réveillé débordant d’énergie, prêt à ne faire qu’une bouchée de votre programme chargé.

Vingt emails, quatre cafés et deux réunions plus tard, les heures avaient filé sans que vous ne puissiez vous en emparer.

Il ne fait aucun doute que vous avez été très occupé.

Alors pourquoi cette impression de ne pas avoir été productif ne veut-elle pas vous lâcher ?

S’il ne vous faut pas remonter bien loin dans vos souvenirs pour vous identifier à cette scène, cet article sur l’essentialisme peut vous aider à soulager votre charge mentale.

Pourquoi s’intéresser à l’Essentialisme ?

Dans son livre Faire moins mais mieux ! L’art d’être réellement efficace, l’auteur et consultant  nous encourage à accepter une réalité qui vaut pour chacun d’entre nous : nous ne pouvons pas tout accomplir. Ceux qui cherchent constamment à en faire trop et se dispersent, que ce soit dans leur vie pro ou perso, finissent par se sentir submergés.

Pire : être multitâche nous rendrait moins productifs. La plateforme de communication Fuze a réalisé une enquête à ce sujet, dont les résultats sont plutôt éloquents :

  • Il nous faut en moyenne 25 minutes pour nous reconcentrer sur une tâche que l’on a interrompue.
  • Un adepte du multitâche a besoin de 50 % de temps en plus pour terminer une simple tâche, et fait 50 % d’erreurs en plus.
Explication du model Non Essentiel, Essentiel


Comment apprendre à distinguer l’essentiel du superflu ?

L’essentialisme est un état d’esprit avant d’être une série de méthodes. Voici toutefois quelques pistes pour vous tourner vers ce qui est essentiel à vos yeux.

Il faut avant tout apprendre à faire des choix, à définir des priorités. Mais parce que nous nous noyons dans un océan d’informations et de choses à faire, nous avons trop souvent tendance à oublier la vraie signification du mot « priorité ».

Concrètement, comment fait-on pour revenir à l’essentiel ?

En apprenant à dire non

Trop tard. Vous venez de dire « oui » à ce collègue qui sollicite votre aide, mais regrettez déjà votre décision. Vous vous étiez pourtant promis que, la prochaine fois, ce serait « non ».
« Non ». Voilà un mot bien court que nous avons du mal à prononcer, surtout dans le cadre d’une relation professionnelle.

Dommage ! Car un refus peut être bénéfique, aussi bien pour son interlocuteur, qui fait preuve de transparence et apprend à se préserver, que pour son destinataire, qui peut partir sans perdre de temps à la recherche d’une alternative.

« N’oubliez pas que si vous ne définissez pas vos priorités, quelqu’un d’autre le fera à votre place. » Greg McKeown

En s’accordant un peu de répit

La société DeskTime affirme connaître le secret des employés les plus productifs... Plus d’heures au bureau ? Un casque en permanence sur les oreilles pour éviter d’être dérangé ? Eh bien non, la bonne réponse est… faire des pauses (sans culpabiliser) !

Cette fois encore, il s’agit d’être réaliste. Personne ne peut prétendre être concentré à 100 % tout au long de la journée. Ce n’est tout simplement pas dans la nature humaine.

En partant de ce constat, mieux vaut être bienveillant envers soi-même en s’autorisant des pauses. Ces moments vous permettront de prendre du recul pour avoir les idées claires et ainsi définir vos fameuses priorités. Le rythme idéal à adopter serait de 52 minutes de travail puis 17 minutes de pause.

« Et si nous arrêtions de considérer le fait d’être occupé comme le plus important ? Et si, à la place, nous nous réjouissions du temps que nous avons passé à écouter, à réfléchir, à méditer et à être avec les personnes les plus importantes de notre vie ? » Greg McKeown

En déléguant ce qui peut l’être

Vous avez certainement déjà entendu parler du principe de Pareto, selon lequel 80 % de nos résultats proviennent de 20 % de nos efforts. Ce qui ne fait pas partie de vos priorités doit-il être pour autant abandonné ? Dans certains cas, oui. D’autres fois, ces tâches qui encombrent votre esprit peuvent être soigneusement reprogrammées dans votre agenda, ou même être déléguées à un assistant virtuel qui vous aidera à booster votre productivité.

30 secondes d’Essentialisme pour entrer dans le vif du sujet

Avant de vous quitter, nous vous proposons un exercice très simple, à mettre en pratique dès aujourd’hui dans votre vie quotidienne.

La prochaine fois que vous prononcerez ou penserez « Je dois… », remplacez cette formulation par « Je choisis de… ». De cette façon, vous arriverez instantanément à distinguer ce qui est essentiel pour vous, de ce qui ne l’est pas.

Et ce sera un petit pas pour vous, un grand pas pour votre productivité !

Vous souhaitez vous concentrer sur l'essentiel ?

Notre équipe vous aide à identifier les tâches que vous pourriez efficacement déléguer à TheAssistant.

Demander une démo
Illustration Contact

Autres articles

Vous souhaitez en savoir plus ?

Notre équipe vous aide à identifier les tâches que vous pourriez efficacement déléguer à TheAssistant.

Demander une démo
Illustration Contact